Qu’est-ce que le microbiote ?

Le microbiote est une communauté composée de micro-organismes qui peuplent un environnement. Les membres de la communauté microbienne comprennent : bactéries, virus, archées, protozoaires et champignons. La composition du microbiote et les interactions entre ses membres influencent fortement l’environnement occupé par le microbiote et ce qui l’entoure. Les micro-organismes peuvent être trouvés presque partout sur notre planète, y compris dans notre corps : les intestins, la peau, les voies respiratoires, les voies urinaires et d’autres sites corporels abritent leur microbiote distinct.

Le microbiote est propre à chaque individu, tout comme une empreinte digitale.

Nos partenaires microbiens qui vivent avec nous sont vitaux pour notre santé, ils peuvent nous protéger, mais ils peuvent parfois représenter un danger. Il est donc important de comprendre la structure et le fonctionnement de notre microbiote. Dans une approche thérapeutique, cet aspect individualisé permet aux professionnels d’aborder la prise en charge du patient de manière individuelle, en tenant compte des spécificités du microbiote d’un patient.

Microbiote et Microbiome : Quelle est la différence ?

Le microbiote fait référence à l’ensemble de tous les micro-organismes qui peuplent un environnement.

Le microbiome est la collection de tous les génomes de ces micro-organismes.

Bon ou mauvais : Sain ou malsain

L’étude du microbiote humain a révélé que la catégorisation des micro-organismes, bons ou mauvais, est souvent une approche trop simpliste, et les relations les plus profondes entre les membres d’une communauté microbienne doivent être étudiées pour déterminer la frontière entre un état sain et un état malsain.

Améliorer l’état du microbiote, et donc notre santé, ne consiste pas simplement à éliminer les « mauvaises » bactéries et à introduire les « bonnes » bactéries. Le fonctionnement du microbiote dépendant des interactions entre ses membres et avec leur environnement, il est important de comprendre la relation entre ces microbes, préalablement au prélèvement ou à l’introduction d’un microorganisme spécifique.

Si vous deviez considérer le microbiote comme une terre fertile, qui peut permettre la croissance d’une grande variété de plantes, la première étape avant la plantation serait de déterminer quelles plantes pousseraient et prospéreraient si elles étaient plantées l’une à côté de l’autre et lesquelles ne pousseraient pas. De la même manière, le microbiote humain est une communauté de microbes qui, lorsqu’ils coexistent en harmonie, soutiennent un corps humain sain. Cependant, un déséquilibre dans sa composition peut nuire à son fonctionnement et nuire à notre santé.

Symptômes d’un microbiome intestinal déséquilibré

Il existe de nombreuses causes pour un déséquilibre du microbiote humain. Les antécédents médicaux, les habitudes de vie, la nutrition, etc. jouent tous un rôle. Bien que notre biologie soit unique et que les symptômes d’un déséquilibre puissent varier d’une personne à l’autre, il existe des signes communs partagés par beaucoup lorsqu’il y a un déséquilibre dans le microbiome intestinal. Certains de ces symptômes sont :

  • Troubles de l’estomac (par exemple ballonnements, gaz, constipation, diarrhée et brûlures d’estomac).
  • Variations de poids involontaires.
  • Troubles du sommeil ou fatigue constante.
  • Irritation cutanée (p. ex. peau hypersensible, urticaire, eczéma, dermatite atopique, acné, rosacée, psoriasis, dermatite séborrhéique et infections fongiques).
  • Envies soudaines, par exemple d’aliments riches en sucre.
  • Intolérances alimentaires.
  • Affections auto-immunes (par exemple augmentation de l’inflammation systématique).

Tests – Évaluations – Résultats sur le microbiote

Un test du microbiote analyse l’état des microbiotes individuels et donne un aperçu de l’identité microbienne. Une fois qu’un test du microbiote a été effectué et qu’il y a une compréhension claire de la composition de la communauté, les informations peuvent être évaluées d’un point de vue plus vaste.

Tout déséquilibre ou dysbiose, une réduction de la diversité microbienne et une combinaison de la perte de bactéries bénéfiques peuvent être observés, étudiés et compris.

Un expert peut interpréter les résultats, en tenant compte des informations sur vos antécédents médicaux pour faire des suggestions ou établir un diagnostic sur ce qui est nécessaire pour que votre corps soit en équilibre.

Antibiotiques à large spectre et microbiote intestinal

La plupart des antibiotiques agissent sur un large spectre de micro-organismes ; par conséquent, ils nuisent non seulement à un seul agent pathogène, mais à de nombreux autres composants du microbiote intestinal. Cela peut avoir un impact sur son équilibre, conduisant à un déséquilibre. Ainsi, il est conseillé de suivre une cure de probiotiques pendant et après un traitement antibiotique, pour aider votre microbiote intestinal à rétablir une communauté saine d’une population équilibrée de bactéries bénéfiques. Étant donné que la biologie de chacun est unique, un test du microbiote intestinal peut aider à identifier le meilleur traitement probiotique individualisé pour amener votre microbiote à un état sain.

Médicaments et microbiote intestinal

En plus d’aider à restaurer votre microbiome intestinal, un test du microbiote intestinal peut également aider à comprendre quel type de médicament et à quelles doses conviennent le mieux à votre corps. La médecine conventionnelle utilise un dosage standardisé pour les médicaments. Cependant, il a été reconnu que cela peut ne pas convenir à certaines personnes. Grâce aux tests disponibles, tout le monde peut désormais vérifier quel dosage lui convient le mieux. Ceci est particulièrement important pour ceux qui prennent des médicaments à long terme ou à vie.

Du déséquilibre à l’équilibre

Si un test du microbiote intestinal révèle que le microbiote intestinal d’un patient est déséquilibré, l’expert du microbiote donne une suggestion soigneusement compilée pour améliorer l’état de la communauté microbienne du patient.

La méthode la plus courante pour améliorer l’état du microbiote intestinal consiste à utiliser des probiotiques et des prébiotiques spécifiques.

Les probiotiques sont des bactéries et des levures bénéfiques qui aident à créer un microbiote intestinal équilibré. Ils peuvent généralement être achetés sans ordonnance sous forme de compléments alimentaires. Leur utilisation peut augmenter la proportion de microbes dans le microbiote intestinal qui sont bénéfiques pour l’individu et en même temps ramener à la normale la population d’autres microbes qui ont envahi la communauté.

Les prébiotiques sont le nutriment des bactéries bénéfiques qui leur permet de se développer et d’habiter le microbiote intestinal, favorisant une microflore intestinale équilibrée et saine. Les prébiotiques peuvent être trouvés dans une gamme d’aliments crus et fermentés et peuvent également être achetés sous forme de compléments alimentaires.

À propos des aliments FODMAP

Les « FODMAP » (Fermentables, Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides et Polyols) désignent tous les sucres présents dans certains aliments provoquant une dysbiose intestinale chronique chez les sujets souffrant d’une altération de la fonction digestive, c’est-à-dire un abdomen tendu avec douleur, crampes et gonflement abdominal, constipation ou diarrhée, comme dans le syndrome du côlon irritable (IBS).

L’élimination des aliments riches en FODMAP et leur réintroduction progressive ultérieure doivent être effectuées sous la direction d’un expert, en équilibrant le nouveau régime avec les besoins du patient et de son microbiome.

Voici quelques exemples d’aliments à haute teneur en FODMAP :

  • Céréales et graines (seigle, blé et couscous)
  • Produits laitiers (lait de vache, lait de brebis, lait de chèvre, fromages à pâte molle et frais, glaces et crèmes)
  • Fruits secs, chocolat et édulcorants (xylitol, sorbitol, mannitol, sirop de maïs, fructose et miel)
  • Légumes et légumineuses (brocoli, chou, ail, fenouil, oignons, pois, échalotes, asperges, artichauts, choux de Bruxelles, champignons, chou-fleur, betteraves, poivrons, chicorée, blettes, fèves, lentilles, haricots et pois chiches)
  • Fruits : mangue, poire, pastèque, cerises, abricots, dattes, figues, kakis, prunes, pommes, pêches et jus de fruits