Test du microbiote intestinal

Le microbiote intestinal est la plus grande communauté de micro-organismes du corps humain. Il est unique à chaque individu, tout comme une empreinte digitale. De nombreux facteurs affectent le microbiote intestinal, notamment l’alimentation, la démographie, la géographie, le mode de vie, le sexe, la génétique, le stress, etc. Comprendre votre microbiote intestinal vous donne un aperçu de votre identité microbienne et, en retour, vous donnera la possibilité de maintenir et/ou de vous adapter pour atteindre un bien-être équilibré.

Le test du microbiote intestinal The BioArte est réalisé à partir d’échantillons fécaux et utilise le séquençage des gènes ARNr 16S des bactéries présentes dans les échantillons pour évaluer la composition de votre microbiote intestinal. Le gène ARNr 16S se trouve dans chaque bactérie et la séquence de ce gène nous permet de distinguer de différents groupes de bactéries.

Tests supplémentaires & services :

Le test inflammatoire comprend le test de :

  • Calprotectine : une substance que votre corps libère en cas d’inflammation de l’intestin. Il s’agit d’un biomarqueur protéique et des niveaux élevés sont associés à des conditions inflammatoires actives.
  • Acidité intestinale : l’acidité peut être testée afin de diagnostiquer une condition médicale. Le pH des matières fécales humaines est variable mais normalement alcalin.

Le test de perméabilité comprend le test de :

  • Zonuline – une protéine qui est synthétisée par les cellules intestinales et hépatiques. Un titre supérieur à la limite supérieure correspond généralement à des troubles gastro-intestinaux (GI) (syndrome de l’intestin qui fuit).
  • Occludine – une enzyme importante dans la stabilité des jonctions serrées et la fonction de barrière. Une expression plus faible de l’occludine entraîne des jonctions serrées moins stables dans les cellules épithéliales, qui sont présentes en abondance dans la muqueuse intestinale. Pour cette raison, il est testé avec de la zonuline afin d’évaluer si un patient souffre du syndrome de l’intestin qui fuit.

Plan nutritionnel – Réservez une consultation avec notre nutritionniste qui pourra vous fournir un plan d’action en fonction de vos résultats.

The BioArte i-flask-64
Échantillon : Selles
The BioArte i-euro-64
Prix : divers
  • Promo !

    Kits pour le test du microbiote intestinal

    238.00393.00
The BioArte i-time-64
Délai des résultats des tests : 3 semaines après la livraison des échantillons à notre laboratoire de diagnostic.
The BioArte i-report-64
Analyse des résultats : Recommandations et consultation privée avec notre spécialiste microbien OU évaluation par votre propre médecin.

Informations qui se trouvent dans le rapport final

Pourquoi ne vérifions-nous que les 5 principaux phyla bactériens ?

La quantité de cellules bactériennes dans l’intestin a été estimée entre 1011 et 1013 cellules par gramme, ce qui fait du tractus intestinal l’un des habitats microbiens les plus densément peuplés au monde. Le microbiome intestinal code plus de 3 millions de gènes produisant des milliers et des milliers de métabolites.

Les phyla microbiens intestinaux dominants sont les Firmicutes, les Bacteroidetes, les Actinobactéries, les Protéobactéries, les Cyanobactéries, les Fusobactéries et les Verrucomicrobia, les deux phyla Firmicutes et Bacteroidetes représentant 90 % du microbiote intestinal, suivis des Actinobactéries et des Cyanobactéries. Ils sont représentés différemment selon l’âge et la géographie.

En particulier, les Firmicutes, les Bacteroidetes, les Actinobactéries, les Protéobactéries et les Cyanobactéries représentent les pierres angulaires de l’écosystème intestinal, étant impliqués dans les 3 fonctions physiologiques principales :

  1. Trophique
  2. Métabolique
  3. Immunologique

Un déséquilibre, ou dysbiose, de ces phyla peut entraîner des variations physiologiques du microbiote intestinal, pouvant entraîner d’importantes implications dans les troubles intestinaux et extra-intestinaux. Cette dysbiose est souvent définie comme une altération de la composition du microbiote intestinal et une cause ou une conséquence de troubles. Un changement chronique de ces abondances de phyla, fines et interconnectées, par une stimulation externe peut être stressant et perturbateur pour cet écosystème.

Pourquoi fournissons-nous le rapport Firmicutes/Bacteroidetes ?

Les Firmicutes et les Bacteroidetes sont les deux phyla bactériens majeurs et dominants dans le microbiote intestinal humain. Le rapport Firmicutes/Bacteroidetes (rapport F/B, conventionnellement autour de 1) a été largement examiné dans le passé dans le microbiote intestinal humain et des souris comme étant un marqueur de gain ou de perte de poids, mais des découvertes récentes ont associé le rapport F/B à de nombreux troubles métaboliques et maladies chroniques. Ce rapport est influencé par le régime alimentaire et l’âge. Le rapport Firmicutes/Bacteroidetes augmente de la naissance à l’âge adulte et se modifie encore plus avec l’âge avancé. Ce rapport semble applicable pour mettre en évidence les variations entre les nourrissons, les adultes et les personnes âgées. Il peut être lié à des modifications globales des profils bactériens à différents stades de la vie.

Le rapport F/B peut également être utilisé pour évaluer l’absorption métabolique de l’intestin, qui peut influencer l’apport calorique ou une prédisposition à perdre ou à gagner plus de calories, lorsque le rapport est inférieur ou supérieur à 1, respectivement. Bien entendu, ces mesures doivent être faites longitudinalement, et elles sont notamment utiles pour suivre l’évolution du microbiote intestinal lors d’un régime amaigrissant ou de l’ingestion d’aliments riches en sucre.

Pourquoi analysons-nous la Biodiversité ?

La diversité microbienne (ou biodiversité) décrit le nombre de différentes espèces de microbes présents et leur distribution dans l’intestin. Une réduction de la diversité provoque un déséquilibre microbien ou dysbiose. La diversité microbienne intestinale diminue généralement avec l’âge, ce qui est probablement dû à des changements dans la physiologie, l’alimentation, les médicaments et les modes de vie. La diminution de la diversité est considérée comme un indicateur d’un microbiome malsain, et elle a été reliée à de différentes maladies chroniques. Une diversité microbienne réduite a en effet été observée dans diverses maladies chroniques, notamment les maladies inflammatoires de l’intestin et la maladie de Crohn, le diabète de type 1 et 2, le rhumatisme psoriasique, les maladies cardiovasculaires, l’obésité, les allergies et de nombreux troubles immunologiques.

La détermination de la diversité microbienne implique le séquençage des données des gènes ARNr 16S amplifiés à partir d’échantillons microbiens intestinaux qui, grâce à l’utilisation d’analyses informatiques et de plateformes logicielles dédiées, permettent de déterminer la richesse de la diversité microbienne et la distance entre les clusters bactériens (en utilisant généralement l’analyse de la diversité alpha ou bêta ou d’autres mesures).

Pourquoi vérifions-nous les souches Pro et Anti-inflammatoires

Le microbiote intestinal joue un rôle énorme dans le maintien de la santé globale (il est même connecté à d’autres organes tels que le cerveau, la peau, la bouche, le vagin, les voies respiratoires, etc.), en particulier en ce qui concerne les maladies inflammatoires. Selon les études récentes, le microbiome intestinal influence l’équilibre des réponses pro- et anti-inflammatoires dans notre système digestif et dans tout notre système immunitaire. En particulier, les clusters microbiens spécifiques peuvent influencer les réponses inflammatoires de l’intestin et d’autres organes.

Nous savons maintenant qu’il existe une association entre le microbiome intestinal dans l’avancement de l’inflammation. Cela peut être déclenché par les aliments d’origine animale, les aliments transformés, les aliments à base de céréales, l’alcool et le sucre qui peuvent favoriser certaines maladies :

  • cardiopathie
  • maladies inflammatoires de l’intestin
  • lupus érythémateux disséminé
  • polyarthrite rhumatoïde
  • diabète
  • troubles intestinaux, cutanés et cérébraux

C’est pour cela qu’il est important de connaître les bactéries capables de protéger ou de favoriser l’inflammation, respectivement. Reconnaître et identifier les microbes « opportunistes » qui, après l’ingestion de certains aliments, peuvent aussi être très pertinents pour éviter ou diminuer les processus inflammatoires.

Des exemples de bactéries qui ont des liens avec les inflammations sont les bactéries Clostridium, Prevotella, Alistipes, etc. dont la croissance est également facilitée chez les individus qui consomment viandes, frites, mayonnaise et boissons gazeuses.

Des exemples de bactéries « amies » ayant des propriétés anti-inflammatoires sont les bactéries Bifidobacterium, Lactobacillus, Akkermansia, etc. Leur présence dans l’intestin est liée à un régime méditerranéen équilibré.

Lorsqu’un déséquilibre se produit, il peut influencer une large gamme de conditions inflammatoires.

Seule la littérature scientifique et internationale approuvée est prise en compte pour les tests du microbiote avec The BioArte

De nombreux tests actuellement proposés par les laboratoires, les pharmacies, etc., peuvent ne pas avoir un degré de validité scientifique suffisant et doivent donc être évités. Les seuls tests avec un minimum de fiabilité sont ceux qui analysent génétiquement le microbiote (carte génomique) en utilisant des compétences, des outils de séquençage de l’ADN et une interprétation bioinformatique de haute compétence. L’interprétation de la carte génétique du microbiote doit être effectuée par un expert clinique en microbiote, ce qui est d’une importance fondamentale.

Le professeur Lorenzo Drago, expert du microbiote, rapporte « L’analyse métagénomique du microbiote est une capture d’écran volumineuse et complexe de milliers d’informations génétiques microbiennes. Avant de réaliser un test du microbiote, il faut savoir qu’il est essentiel de s’informer au préalable de l’état de santé des sujets ou des patients. C’est par là qu’il faut commencer si l’on veut comprendre la corrélation entre l’état du microbiote chez les sujets qui souffrent d’un quelconque dérèglement et les altérations de la flore bactérienne intestinale. De nombreuses étapes de recherche sont à leurs débuts, mais on peut faire beaucoup sur la possibilité de traiter ou de prévenir certaines maladies grâce à la manipulation du microbiote. Utiliser les bons aliments, régimes, prébiotiques et/ou probiotiques n’est pas un jeu d’enfant, mais cela demande une grande compétence et une spécialisation dans le domaine. Nous devrions essayer de ne pas donner de fausses interprétations et attentes au patient, mais viser uniquement à présenter des suggestions correctes basées sur de vrais concepts scientifiques et sur la littérature internationalement acceptée. »